Le temps de la décision

Le management au temps de la danse : l’impact de mon geste sur celui de l’autre
30 août 2022
Magicien du temps
Devenez magicien du temps le 17/10
7 septembre 2022

Trancher – une étape cruciale

Prendre une décision peut parfois être chronophage. C’est un processus qui peut être vécu de manière difficile si cette période d’entre-deux dure trop longtemps. Une fois la décision prise, on peut se mettre en mouvement, la pression retombe. C’est lâcher une posture inconfortable pour aller vers un autre équilibre, instable certes mais c’est retrouver le mouvement essentiel à la vie. Et puis, est-ce que les décisions que l’on repousse, camouflées au fond d’un placard, ne reviennent-elles pas avec plus d’impact et de pression ?

C’est un point qui m’a, d’autant que je m’en souvienne, toujours posé des difficultés. Il m’arrive de peser tellement le pour et le contre, que j’en reste scotchée. Et finalement ne rien choisir est un choix aussi…

Comment prendre le juste « temps » sans rogner sur la qualité ? C’est l’objet de cette newsletter et nous allons aborder ces aspects sur le focus de la prise de décision.

Il y a plusieurs méthodes, celle du « feeling ». Vous savez, celle qui vous permet de choisir quel habit vous allez porter ou à quelle activité souhaitez-vous vous inscrire cette année (les forums des associations seront bientôt là, début septembre, pour vous renseigner).

Pour des sujets plus importants, cela peut fonctionner aussi si, au fond de vous, vous avez déjà la réponse parce que vous connaissez bien votre sujet et qu’il reste à trancher en prenant le risque. Je dirais que, sans être impulsive, cette manière de décider est souvent la plus fiable.


Il y a aussi ceux qui vont naturellement faire une matrice SWOT dans leur esprit ou même par écrit.

Dans ce cas, il est essentiel de passer par les étapes de clarification de la / des situations et différentes options, avant de préciser quelles sont les forces et faiblesses, risques et opportunités.

N’oublions pas aussi d’impliquer toutes les personnes de l’équipe sur les décisions majeures.
Bien souvent, la mise en commun d’énergie, de réflexion et la possibilité d’un brainstorming aident à se positionner plus rapidement et éliminent des problématiques que l’on s’est posées en restant isolé.


Là aussi, avant tout, il faut viser d’avoir la vision la plus objective possible de la situation. Poser les choses à plat. Parfois, le simple fait, ensuite, de verbaliser la situation, vous aide à y voir plus clair. C’est l’effet « psychologue » mais les collègues peuvent aussi jouer ce rôle dans le cadre professionnel.

Un livre m’a aidé sur ce chemin « Le livre des décisions – De Bourdieu au Swot, 50 modèles à appliquer pour mieux réfléchir »
Il me sert parfois de mémo qui regroupe une cinquantaine de modèles de décisions. Ce livre peut vous suivre tout au long de votre vie.

Je voudrais faire un focus sur un outil dans la section « Comment m’améliorer » :
 
« La règle du stop » :
Plutôt que de peser – très longuement ! – le pour et le contre, les auteurs proposent d’appliquer la « règle du stop ». « C’est en 1935 que le légendaire investisseur Gerald Loeb formula cette règle à la fois toute simple et puissante pour répondre à l’éternelle question des investisseurs : quand faut-il vendre ? Le conseil de Loeb : dès qu’un investissement perd 10 % de sa valeur, vendez sans tergiverser ! ».
 La beauté de cette règle, pour les auteurs, est sa limite fixe et son caractère inconditionnel.
 
« Les règles simples vous épargnent des maux de tête et peuvent sauver des vies, notamment quand il s’agit d’assurer sa retraite pendant l’ascension d’un pic montagneux : si nous n’avons pas atteint le sommet à 14h, nous rebroussons chemin. La dernière fois qu’une personne a négligé cette loi, en 1996 sur le mont Everest, huit personnes ont perdu la vie ».

Un outil également utile serait cette matrice décisionnelle, à adapter à votre besoin – et ressortir pour vous aider à « poser vos idées à plat » à travers des critères (qu’il est possible de pondérer) dans le cas d’une hésitation entre deux possibilités.
Écrire a aussi cet effet de nous aider à « poser » les choses, prendre plus facilement du recul et vider son esprit de ce qui nous encombre. Il n’est pas rare d’être plus lucide après une séance d’écriture.

Choix 1Choix 2
Conséquences positivesConséquences négativesConséquences positivesConséquences négatives
Personnellement
Pour l’équipe
Pour l’entreprise
Relation d’équipe
Financièrement
Autres (loisirs, gestion du temps, centres d’intérêt…)

Un autre outil vous avait été présenté, permettant de prendre du recul par rapport à la décision :

Il s’agit de se poser les questions suivantes pour prendre de la hauteur et ne pas nous concentrer uniquement sur le court terme.

  • Comment me sentirai-je avec cette décision ?
  • Quels en sont les impacts ?

A 3 instants différents :

Dans 10 minutes : court terme



Dans 10 mois : moyen terme




Dans 10 ans : long terme

À pratiquer en individuel puis en collectif pour prendre du recul par rapport à la décision, pour faire émerger ce qui est essentiel pour l’équipe, pour l’entreprise.

Et puis, un ami m’a dit un jour « Si tu hésites tellement entre ces deux possibilités, c’est que les deux sont bonnes ». J’y repense souvent et je pense, avec le recul, qu’il avait raison !

Dans tous les cas, rien n’est inéluctable. Il vaut mieux être en mouvement, choisir une première option, la vivre et la tester et si besoin, choisir à nouveau, une fois arrivé au bout de ce chemin, que d’attendre au croisement dans une boucle infinie de réflexions.



















Le temps n’est pas toujours une contrainte, c’est aussi un allié qui fait son travail, silencieusement, lentement mais efficacement.

Entrainez-vous à prendre des décisions, de plus en plus facilement et rapidement, pour gagner en efficacité et en sérénité.

Si vous devez vous tromper, autant le faire rapidement, en tirer les enseignements et recommencer.

Aux USA, les banques sont plus à même de prêter à ceux qui ont déjà « planté » une entreprise, car ils ont appris et ne referont surement pas les mêmes erreurs !

Pour aller plus loin :


Télécharger l’article en PDF

Télécharger le catalogue des prestations


Selma BENHAMOU
Com-Hom

Après plusieurs années de travail en industrie en management QSE et Certification produit, j’ai eu la profonde envie de mettre mes connaissances au service des TPE et PME qui forment le tissu économique de ma région.

J’aime lier la technique (Ingénieur de formation – Grenoble INP) au développement d’une démarche d’amélioration continue (Mastère Spécialisé en QSE – Cesi de Lyon) et de mise en conformité process et produit. Mon crédo est d’autonomiser au maximum la structure en transmettant des outils et le sens derrière chaque action dont l’objectif n’est pas uniquement financier ou réglementaire mais surtout humain, social et sociétal.

Je trouve en Com-Hom une énergie fédératrice grâce aux différentes compétences et personnalités. Des valeurs surtout, bienveillance, écoute et partages qui créent une réelle synergie.

Copyright 
Les textes sont la propriété de Com-Hom
Crédit photographique : Com-Hom, Adobe Stock