Ma singularité est une force

Logo Geneuro
Retours sur la formation TC-01 : Améliorer sa communication
3 avril 2022
Reste bizarre, c’est ton pouvoir
3 avril 2022

Compléter son talent, non le contrer

Dans mon rôle de manager d’équipe dans le secteur de l’immobilier et dans celui d’enseignant en management, l’importance de la communication est primordiale. Qu’elle soit là pour fixer un objectif, transmettre un savoir ou encore rappeler une règle, elle revêt un caractère prioritaire et constitue un des piliers de l’image que je renvoie aux collaborateurs et élèves devant moi.


C’est dans ces deux cadres là que l’on m’a souvent interpellé, (parfois même reproché), sur une particularité dans ma communication. Cette particularité est ma gestuelle.

En effet, lors de mes prises de paroles, en classe ou devant une équipe, ma communication verbale était constamment accompagnée d’une gestuelle marquée, de mouvements nombreux, de déplacements répétés. Cette gestuelle était pour moi totalement naturelle et s’exprimait librement afin d’accompagner mes mots, d’illustrer mes propos. Elle faisait partie de mon expression orale et, de mon point de vue, servait mon propos en le rendant plus énergique, plus vivant. Bien sûr je m’étais déjà questionné sur la pertinence de cette gestuelle, mais sans jamais imaginer que celle-ci pourrait me desservir.

Au fil des mois et des années, quelques remarques ont commencé à m’être formulées sur mes pratiques, quelques reproches même. Ma communication était brouillonne, mes gestes faisaient perdre le fil de ma pensée à mon auditoire, qui avait ainsi davantage de difficultés à suivre, comprendre et retenir mon propos et mes consignes.

J’ai rapidement compris que cette liberté que j’octroyais à ma communication non verbale venait parasiter les informations que je souhaitais livrer. Cette gestuelle et ces mouvements ne constituaient pas ou plus un support vivant à mes mots, mais au contraire perturbait mes dires, et venait brouiller le cœur du message que je souhaitais transmettre.

Après réflexion et dans une optique de correction, d’amélioration, et surtout afin de rétablir l’efficacité et la portée de ma communication, j’ai très rapidement et brutalement tenté de faire disparaître ces parasites. Afin de clarifier les messages que je délivrais, j’ai complètement et totalement réprimé cette gestuelle, annihilé ces mouvements, emprisonné cette fougue et cette vie que mon corps exprimait avec vigueur et passion. Cette solution me paraissait alors une évidence. Un élément venait perturber ma communication, mon salut était de supprimer cet élément en le faisant disparaître.

Ma communication orale a donc été sensiblement épurée, sans geste superflu, sans déplacement inutile. Je souhaitais concentrer l’attention de mon auditoire sur mon propos et uniquement mon propos. Mais rapidement, mon message ne passait plus, et ne parvenait plus à impacter les élèves et les collaborateurs. Mon message n’était plus vivant, je me parvenais plus à intéresser les classes avec les sujets abordés, ou à motiver les équipes dans l’atteinte de leur objectif. J’avais tenté de renier l’essence même de ma communication, la vie que je souhaite insuffler à travers ma gestuelle.

On m’a souvent dit qu’ « Il n’y a pas de sujet inintéressant, il n’y a que des mauvais orateurs. » J’étais en train de diminuer la pertinence de ma communication, la force de transmission de mes messages, la qualité de mes prestations oratoires se dégradait et détériorait.

Dès lors j’ai compris que j’avais fait le mauvais choix, une mauvaise analyse. Ma solution ne devait pas être d’annihiler ma gestuelle, mais au contraire d’apprendre à la maitriser, de travailler sur sa justesse, pour en faire un support, un outil pour améliorer ma pertinence.
J’ai donc entamé une période de remise en question, de travail sur moi-même. J’ai suivi des formations, pris des conseils auprès de professionnels dans le domaine de la communication notamment. Je venais de comprendre que ce l’on me reprochait constituait en réalité une force que je devais développer, une richesse sur laquelle je pouvais m’appuyer.

Au lieu de la contrer, il fallait la compléter :

  • L’utiliser pour porter un message plutôt que pour assurer une protection ou une sécurité face à mon auditoire.
  • Choisir les gestes en lien avec le message :
    • Une gestuelle vers l’avant, assez incisive et impactante avec mes bras est choisie pour illustrer une notion forte ou une action à réaliser, pour insuffler une énergie.
    • Une gestuelle plus ouverte, plus large, plus souple, encore une fois avec mes bras, pour donner un exemple, pour élargir une démonstration et ouvrir les possibilités pour l’équipe.
    • Des déplacements pour attirer le regard, pour conserver l’auditoire avec moi, pour les emmener avec moi vers une idée, ou alors aller les chercher si je sens que l’attention baisse.

Cette gestuelle représente aujourd’hui une singularité qui peut me distinguer d’autres professeurs ou d’autre managers. Cette gestuelle maitrisée me permet aujourd’hui de délivrer mes messages en tant que manager avec sérieux et énergie, et de transmettre des savoirs dans mon rôle d’enseignant avec passion et bienveillance.

Cet épisode aura eu un impact important et bénéfique sur la maitrise de ma gestuelle, ainsi que sur sa place et son rôle dans ma communication. Je défends aujourd’hui cette différence qui constitue pour moi au-delà d’une force, une nouvelle richesse.


Télécharger l’article en PDF


Lucas BARRIER
Enseignant
à l’EAP de Grenoble

Lucas Barrier : Manager Comptable / Enseignant en Management

Fort de mes expériences professionnelles et de mes recherches personnelles, j’ai développé une passion grandissante pour le domaine du management et des relations humaines. Grâce à de nombreuses rencontres enrichissantes, à de multiples échanges riches en enseignements également, j’ai pu affiner mes attentes professionnelles et murir sur le plan personnel.

Au travers d’un parcours de plusieurs années dans l’immobilier, j’ai saisi l’opportunité de devenir manager de l’équipe dont j’étais auparavant membre. Des responsabilités que j’ai appréhendées au mieux, pour accompagner les collaborateurs à mes côtés, vers l’atteinte de leurs objectifs et le développement de leurs capacités.

En parallèle, j’ai également saisi l’opportunité de pouvoir enseigner au niveau BAC +2 dans le domaine du Management. Un rôle nouveau d’enseignant et de formateur, au moins aussi enivrant que celui de manager. Une responsabilité importante de réussir à transmettre des savoirs et des connaissances avec passion et sérieux, dans le but de former des professionnels de demain.

Ma vision du management défend des valeurs de cohésion et de performance. Mon objectif est de pouvoir transmettre ses valeurs tout en ayant pour idée directrice de faire progresser et faire grandir chacun. Ce même objectif qui a pour but de mettre chacun des collaborateurs et élèves dans les meilleures conditions possibles afin qu’ils puissent exprimer leur plein potentiel.

« Nous sommes les clefs de toutes les portes closes de nos vies. »

Copyright 
Les textes sont la propriété de Lucas Barrier
Crédit photographique : Com-Hom, Adobe Stock,