L’autre est un Martien : le pouvoir de l’écoute

Les profils de personnalités sont-ils tous faux ?
29 décembre 2021
Manageur accompagnateur
« Manager, porter le sens et faciliter la performance »
3 janvier 2022
Martien

Une personne, philosophe et thérapeute, avec beaucoup d’expérience dans ces deux domaines, m’a dit un jour :

« – Anne, vous ne pouvez pas imaginer à quel point l’autre est un Martien. »

Je pense souvent à cette phrase. On ne peut pas imaginer la différence de « câblage » de l’autre. Différence physique déjà, mais de culture, de valeurs, d’émotions, d’expériences vécues…  Le seul moyen pour appréhender ce câblage est une forme particulière d’écoute.

Le psychologue américain Elias Porter a mis en évidence 6 attitudes d’écoute,  plus ou moins naturelles et spontanées, en fonction des personnes et des moments de notre vie.

Ces attitudes sont pertinentes à certains moments, et néfastes à d’autres.

Elles sont déterminées par l’intention que l’on prête quand on écoute :

  1. Est ce que je veux évaluer ce que l’autre me dit ? Critiquer de façon positive ou négative ?
  2. Est ce que j’interprète le propos de l’autre ?
  3. Est ce que j’écoute pour pouvoir conseiller ensuite ?
  4. Est ce que je “mène mon enquête” en questionnant l’autre ?
  5. Est ce que je veux trouver une solution pour l’autre ?

Enfin, le sixième niveau d’écoute identifié par Porter est ce qu’il appelle l’écoute active. C’est cette qualité d’écoute qui va vous permettre de comprendre le câblage de votre interlocuteur : je n’ai aucune intention pour l’autre, aucune interprétation ni projection ; aucune intention pour moi si ce n’est la curiosité de la découverte de cette différence.

C’est également la principale attitude utilisée lors d’un coaching pour favoriser et permettre à son interlocuteur une expression libre et sans jugement. Cet espace ouvert à la personne lui permet d’être créatif pour augmenter son pouvoir d’action.

Face au Martien qu’est l’autre, quelle est ma capacité à me remettre en question, à m’ouvrir à l’autre, à l’« envisager » plutôt que le « dévisager » ?

Bénis soient les regards assez tendres, assez fous, assez vrais, pour me donner le cœur de m’espérer encore, de m’attendre à quelqu’un d’autre en moi. Les vrais, les seuls regards d’amour sont ceux qui nous espèrent, qui nous envisagent au lieu de nous dévisager.

Paul Baudiquey


Télécharger l’article en PDF


Anne BOLATRE
Anne Bolatre
Com-Hom

Anne BOLATRE : Ma vocation est d’accompagner les personnes et les entreprises vers leur performance, tout en étant plus authentiques et heureux au quotidien.

Ingénieur de formation, je m’appuie sur une expérience de 25 ans en entreprise. Après avoir suivi une formation en coaching individuel, d’équipe, et d’organisation, je me suis spécialisée dans l’approche systémique, démarche puissante de diagnostic et d’intervention dans un monde complexe.

Je trouve dans Com-Hom la volonté d’allier nos talents pour proposer à nos clients l’intervention la plus adaptée à leur contexte, avec exigence, que ce soit en matière de performance que de qualité  des relations.

Copyright 
Les textes sont la propriété de Com-Hom
Crédit photographique : Com-Hom, Adobe Stock